Le Collectif « Usagers de la santé »,
définir une politique de santé au service de tous les Français

Premier au classement mondial de l’OMS en 2000, notre système de santé souffre aujourd’hui d’une dégradation de la qualité des soins, dont l’un des symptômes visibles, parmi de nombreux autres, est l’augmentation incroyable des délais de prise en charge.

Les Français sont très attachés à leur médecine, à leurs médecins et à la qualité de la relation entre médecin et patient qui est au cœur du serment d’Hippocrate et du pacte social français depuis des décennies. Les professionnels de santé se battent quotidiennement pour assurer un service de qualité. De part et d’autre, l’attachement à notre système de santé et les attentes vis-à-vis de celui-ci sont grands mais le constat de dégradation est là.

Après des décennies de politiques incohérentes et destructrices, la situation actuelle du système de santé français est alarmante. Les politiques de santé menées depuis plusieurs décennies, par la droite depuis les ordonnances Juppé en 1995, par Xavier Bertrand, Roselyne Bachelot, comme par la gauche avec aujourd’hui Marisol Touraine, ont entraîné une dégradation de notre système de santé, dénoncée autant par les professionnels que par les patients.

Cette destruction de notre système de santé pour des raisons comptables et dogmatiques et la dévalorisation des métiers de la santé touchent aussi bien les médecins généralistes, les spécialistes, les chirurgiens-dentistes, les pharmaciens, mais également les professions paramédicales, infirmières et kinésithérapeutes.

Les premières victimes en sont, bien entendu, les patients.

Il y a urgence à agir car les inégalités ne cessent de se creuser et apparaissent aujourd’hui comme le premier indicateur d’un malaise plus général :

  •  Une inégalité territoriale : près de 2.5 millions de Français vivent dans des déserts médicaux. La disparition des services publics et l’abandon de certaines régions, contraignent nombre de nos compatriotes à parcourir plusieurs dizaines de kilomètres pour consulter un médecin, premier pas vers le renoncement aux soins.
  •  Une inégalité socio-économique : l’espérance de vie moyenne d’un cadre est de 82 ans, un ouvrier peut espérer vivre environ 76 ans, soit une différence de 6 ans ; si l’on prend en compte le nombre d’années en bonne santé, la différence atteint 10 ans. Faute de moyens, près de 20% des Français (33% pour nos compatriotes sans couverture complémentaire) renoncent chaque année à des soins médicaux. Au niveau européen, la France est un des pays où les inégalités sociales de santé sont les plus importantes.

Le collectif « Usagers de la santé » est né du constat d’un système de santé de plus en plus affaibli alors même qu’il a pu être un modèle par le passé. Une politique de santé ambitieuse et souveraine est désormais une priorité nationale.

Le Rassemblement Bleu Marine présidé par Marine Le Pen veut, à travers ce collectif, s’emparer d’un sujet qui préoccupe tous nos compatriotes et qui n’a obtenu aucune réponse satisfaisante, ni à droite ni à gauche.

Un changement est impératif !

Redresser le système de santé français suppose tout d’abord un changement radical de paradigme : sortir d’une logique comptable ! La mission première de notre système de santé est de prodiguer des soins de qualité aux citoyens tout en assurant la dignité des conditions de travail des professionnels de santé. Coincées dans la logique austéritaire de Bruxelles, nos élites politiques refusent ce changement. Il est pourtant urgent de s’extraire de ce dogme, dans un lieu où seul le bien-être de nos compatriotes devrait être la priorité.

Cette logique, ne respectant ni le patient ni les professionnels de santé, est de surcroît inefficace : elle implique nécessairement la dégradation du système de soins et par conséquent une population moins bien soignée. A terme, cet état de santé dégradé génère des coûts bien plus importants. Avoir une gestion financière saine c’est donc aussi préférer des soins accessibles en tout point !

Cette indépendance vis-à-vis de la logique de profit doit également se doubler d’une indépendance morale vis-à-vis des revendications communautaristes et du laxisme migratoire qui minent la pratique quotidienne de la médecine (encombrement des urgences, AME, revendications sur le sexe des médecins traitants, etc.).

Le collectif  » Usagers de la santé » a donc comme objectif essentiel de remettre le patient au centre des politiques de santé et de permettre l’accès à des soins de qualité pour tous les Français. La prise en charge médicale doit évoluer pour relever les défis majeurs de santé publique.

Toutes les thématiques seront abordées et associeront toujours le patient, au centre des réflexions, et les professionnels en charge de l’application concrète des politiques de santé.

De nombreux chantiers s’ouvrent pour le collectif « Usagers de la santé » :

  •  La question cruciale du vieillissement de la population et de la dépendance
  • Le maintien d’un système de sécurité sociale égalitaire, et la réglementation d’un système mutualiste privé au service prioritaire des soins
  • La complémentarité d’un système privé et public accessible pour chacun selon ses particularités
  •  Les nouvelles technologies et la numérisation de la santé
  •  La lutte contre les déserts médicaux et la pénurie de médecins du fait du numerus clausus
  •  La formation des professionnels de santé et la prise en compte du monde paramédical
  •  ….

La finalité de ce collectif, est donc de construire pour tous les Français une politique de santé moderne, innovante et adaptée aux divers contours et enjeux de la population française. La grandeur de la France a longtemps consisté en la prise en charge des plus faibles et des malades. L’attachement que nous avons pour une France souveraine et forte ne peut faire l’impasse d’une politique de santé généreuse et ambitieuse pour ses concitoyens.