Réponse au « Magazine de la santé » de France 5 daté du 1er juin 2016

Dr. CARRERE D’ENCAUSSE, Dr. CYMES,

   Le collectif « Usagers de la santé » tient tout d’abord à vous remercier du temps que vous lui avez consacré au cours de votre émission du mercredi 1er juin 2016. Cependant, le portrait en demi-teinte qui en a été dressé par votre invité, M. SAOUT, appelle, en revanche, quelques rectifications et commentaires.

   Notre collectif a vocation à rassembler comme son nom l’indique, les usagers de la santé, c’est-à-dire tous les Français, y compris les professionnels de santé, qui, cela ne vous aura échappé, sont également des usagers de la santé à part entière. N’ont été présentés à la presse le 17 mai que les membres fondateurs, au nombre de cinq, dont une des missions sera, bien sûr, de recruter de nouveaux membres, professionnels de santé ou non, impliqués d’une manière ou d’une autre dans le domaine de la santé. Notre but est que toutes les composantes soient représentées dans ce collectif de façon à élaborer les bases d’une politique de santé qui soit ambitieuse, innovante, et réellement profitable à tous les Français, ce qui est loin d’être le cas actuellement.

   Votre invité note que la plupart des catégories de notre site internet sont encore vides, ce qui est exact. Vous avez compris que les différents onglets correspondent aux questions que nous souhaitons traiter et qui entrent en résonnance avec les attentes de nos compatriotes. Vous remarquerez qu’elles sont nombreuses. Les pages correspondantes seront complétées au fil de nos travaux et réflexions qui se feront sous formes de consultations d’associations d’usagers, de professionnels médicaux et paramédicaux, et de directeurs d’établissements publics et privés. Tous les Français souhaitant participer à nos travaux sont ainsi invités à nous rejoindre dans notre projet, en fonction de la connaissance qu’ils peuvent avoir de tel ou tel domaine de la santé et de l’expérience qu’ils souhaitent partager.

   Aussi, votre invité émet des critiques de fond sur lesquelles nous souhaitons revenir. En effet, alors que M. Saout assène que les budgets alloués à la santé n’ont pas été rognés, cette vérité est purement sémantique, puisque si l’ONDAM augmente bien chaque année, cette augmentation n’est pas à la hauteur de l’augmentation des besoins. La population française vieillit, les soins coûtent de plus en plus cher, la population augmente, et celle-ci compte de plus en plus de malades chroniques et de personnes en situation de précarité – bénéficiant ipso facto d’un remboursement de leurs soins à 100%, respectivement par le biais des ALD et de la CMU/CMU-C. L’augmentation de l’ONDAM que votre invité mentionne est donc un contre-argument fallacieux, puisque ladite augmentation n’est pas manifestement suffisante pour conserver des soins de qualité. Votre invité mentionne également l’aide médicale d’état (AME) qu’il évalue à 500 millions d’euros par an, alors que les dernières estimations avancent une prévision de 1,1 milliard d’euro pour 2016. M. Saout fait ensuite un parallèle bancal entre l’AME et l’hôpital de Calais qui « ne pourrait vivre sans ses patients anglais » ; quelle malhonnêteté intellectuelle ! L’AME bénéficie principalement aux étranges présents sur le territoire national en situation irrégulière. Or les patients anglais mentionnés ne se rendent pas illégalement à Calais pour se faire soigner, mais viennent en parfaite légalité, et s’acquittent de leur facture.

   Enfin, il est nécessaire de préciser que votre invité est loin d’être l’intervenant impartial qu’il prétend être puisqu’il est le secrétaire général du Collectif Interassociatif Sur la Santé (CISS), doté d’un budget de 3 millions d’euros, majoritairement abondé par la Direction Générale de la Santé, c’est-à-dire le Ministère de la Santé, dont il est un des vecteurs d’opinion. Son point de vue ne peut ainsi pas être considéré comme objectif et impartial.

   Nous considérons que les usagers et les professionnels de la santé doivent s’engager dans un combat commun pour la restauration de l’excellence de notre système de santé. Seul le dialogue entre usagers et professionnels sera à même de répondre aux attentes de chacun, dans le respect de tous. Notre objectif essentiel est de remettre le patient au centre de la politique de santé, et de permettre à tous les Français l’accès à des soins de qualité sur tout le territoire national.

   Les membres du collectif « Usagers de la santé » se tiennent disponible pour venir à votre rencontre et échanger sur notre fonctionnement et nos objectifs.

Cordialement,
Les membres fondateurs du Collectif « Usagers de la santé »

Lien vers l’émission (à partir de 25 min 20) :
http://www.allodocteurs.fr/emissions/le-magazine-de-la-sante/le-magazine-de-la-sante-du-01-06-2016_25883.html